Le fonctionnement des plus-values immobilières


Le fonctionnement des plus-values immobilières

La plus simple équation pour déterminer les plus-values immobilières est de calculer la différence entre le coût de vente et le coût d’achat d’un bien immobilier, que ce soit une maison, une villa, un appartement ou un terrain nu. En apportant des travaux de rénovation à votre maison, vous pourrez facilement voir ce montant augmenter. Dans un contexte immobilier difficile, présenter un bien rénové est une vraie valeur ajoutée face à la concurrence. Pour plus d’informations, rendez-vous sur isolation-gironde.fr. Les plus-values immobilières peuvent être exonérées d’impôt, sinon peuvent être taxées jusqu’à 34,5% de la valeur réelle.

Les cas d’exonération des plus-values immobilières

En général, les plus-values immobilières par rapport à une résidence principale ne sont pas frappées par l’imposition. Les dépendances directes sont soumises aux mêmes règles. Il est aussi possible de jouir une exonération d’impôt en cas de première cession d’un logement autre que la résidence principale, sous réserves de respecter certaines conditions.

Le vendeur est propriétaire de sa résidence principale mise en vente en moins de 4 ans et que cette opération de cession soit la première effectuée. En cas de bien immobilier exploité sous le statut de loueur professionnel, l’exonération d’impôt sur les plus-values est accordée dans la mesure où le loueur réalise moins de 90.000€ de recettes par an. Tout n’est pas dit, mais ce sont les essentiels à savoir.

La fiscalité des plus-values

La fiscalité des plus-values concerne tous les contribuables qui cèdent leurs biens immobiliers ou mobiliers contre de l’argent en réalisant une différence entre le coût d’achat et le coût de vente. L’impôt sur les plus-values immobilières en particulier est  relativement complexe et  change d’un pays à un autre. A noter que depuis le 1er Septembre 2014, un abattement supplémentaire de 30% a été appliqué aux vendeurs de terrains à bâtir.  Spécifiquement pour les immobiliers destinés à des logements sociaux,  les plus-values peuvent être exonérées d’impôt, sinon en partie s’il s’agit d’un terrain assortie de promesse de construction de logements sociaux. Autrement, le vendeur peut intégrer les coûts de travaux dans le prix de revient de l’immobilier qui peuvent aller jusqu’à 15% du prix initial d’achat si le bien est acquis depuis plus de 5ans. En 2018, la fiscalité des plus-values immobilières se calcule de la manière suivante : la taxe à hauteur de 34,5%  est subdivisée en impôt sur le revenu (19%) et au titre des prélèvements  sociaux (15,5% qui étaient de 13,5% auparavant). Le simulateur de plus-values immobilières 2018 permet un impôt dégressif selon la durée de la détention du bien.